Le plus beau cadeau du monde

Le plus beau cadeau du monde

Un toit, des murs, un sol : une maison. Une maison stylisée : la pente du toit, deux murs, le sol. Une maison archétypale ? Une maison déréalisée : sans porte ni fenêtre ; avec un couloir peut-être, avec un seuil sans doute. Des lignes souvent (toutes ?) obliques.
Une faille déchire la maison au moment de la rupture familiale : le deuxième acte se situe dans deux logements distincts. Et quand le père quitte le domicile conjugal, une seconde faille se crée (est créée ?) : la maison est devenue archipel, nouveau terrain de jeux des enfants.
Les surfaces claires du dispositif flottent dans l’espace sombre du théâtre. Les comédiens, leurs costumes et les accessoires colorent (habitent ?) cet espace immaculé.


texte, mise en scène Nathalie Bensard
avec Marina Cappe, Florent Cheippe, Raphaëlle Landré, Sara Louis
son David Hess
scénographie Grégoire Faucheux
lumière Nicolas Faucheux
costumes, accessoires Elisabeth Martin
production La rousse, Paris
création 25 novembre 2019, Théâtre des bergeries, Noisy-le-Sec